La blockchain : une révolution pour le secteur de l’énergie ? Publié le 19-12-2016 |

Présenté par

C’est ce que montre la dernière étude du cabinet d’audit et de conseil PwC, intitulée « Blockchain: an opportunity for energy producers and consumers? », réalisée pour le compte de l’Association des Consommateurs de la Région de Rhénanie. Les experts de PwC ont analysé, à l’international, les applications potentielles de la blockchain dans l’énergie (certaines déjà en phase d’expérimentation), mais aussi les opportunités et les obstacles à sa mise en œuvre en tant que levier d’accélération de la décentralisation du système énergétique.

Le développement d’un système d’énergie décentralisé est au cœur de la transition énergétique, et les « consomm’acteurs », qui consomment directement l’électricité qu’ils produisent, sont appelés à se développer. Au-delà de l’autoconsommation individuelle, la technologie blockchain est un outil favorisant l’autoconsommation collective. Avec cette technologie, les consomm’acteurs pourraient plus facilement vendre sans l’intermédiaire de tiers leur électricité directement à un autre consommateur.

Cette idée n’a plus rien d’un scénario de science-fiction : pour la première fois en avril 2016, à New York, une électricité produite de façon décentralisée a été directement vendue entre voisins par le biais d’un système de blockchain. En France, un consortium regroupant Bouygues Immobilier, Microsoft et deux startups de la blockchain devrait tester, en 2017 au cœur du quartier de Lyon Confluence, un démonstrateur permettant d’échanger de l’énergie entre appartements d’un même immeuble.

Une technologie arrivée à un certain niveau de maturité dans le secteur financier

La technologie blockchain a fait son apparition dans le secteur des services financiers depuis quelques années déjà. Sa fonctionnalité principale est le stockage décentralisé et le cryptage de données de transactions dans une longue chaîne de blocs de données. Aussi, les transactions se réalisent désormais en « peer-to-peer », sans passer par une instance centrale (bourses, plateformes de trading, banques ou autre intermédiaire).

La réalisation d'une transaction avec la technologie Blockchaun

 

Cette technologie permet de diminuer les coûts, d’accélérer la vitesse de réalisation des transactions, et de rendre le système plus flexible. De nouvelles possibilités émergent avec la combinaison de programmes autonomes,  les « smart contracts », permettant d’ajouter de l’intelligence à la blockchain et d’opérer de manière automatisée des processus prédéfinis. Ces « smart contracts » (ou contrats intelligents) peuvent opérer des règles définies au niveau individuel, telles que des spécifications relatives aux volumes, qualités et prix, et permettant la rencontre autonome entre fournisseur et demandeur.

La monnaie virtuelle Bitcoin en est la première application et la plus aboutie à ce jour. Créée en 2009, ses utilisateurs peuvent changer cette crypto-monnaie sans passer par l’intermédiaire d’une banque. Ils évitent ainsi les frais traditionnellement associés aux opérations bancaires. Un écosystème d’entreprises ayant recours à cette monnaie virtuelle, et donc à la technologie blockchain sous-jacente, s’est formée autour de Bitcoin. De nouvelles applications dans le secteur financier font actuellement l’objet de développements et de tests par un grand nombre de grandes banques et de Fintechs.

Encore au stade du concept mais déjà en expérimentation, la blockchain présente de nombreuses opportunités dans le secteur de l’énergie

L’étude de PwC montre que les applications possibles dans le secteur de l’énergie sont nombreuses et prometteuses.

La blockchain devrait en premier lieu permettre l’échange direct d’électricité en « peer-to-peer ».

 

L'intégralité de l'article ainsi que les commentaires de Pascale Jean (associé responsable du secteur Energie) sur la blockchain sont à retrouver ici !!

 

Sur le même sujet :