Espace premium
english français

1 Jeunes Diplômés de 2011 sur 3 n'a toujours pas trouvé d'emploi !News

Publié le 30-05-2012 | Marché de l'emploi - Formation

 

A fin avril 2012, 32% des jeunes diplômés en 2011 n’ont occupé aucun emploi depuis l’obtention de leur diplôme. 68% ont décroché un emploi mais 43% seulement restent en emploi en avril 2012.

Depuis maintenant quatre ans, l’AFIJ mène chaque année deux enquêtes, l’une en avril et l’autre en septembre, sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés de l’année précédente. Les premiers résultats de l’enquête « 6 mois après » menée fin avril 2012 auprès des jeunes, diplômés en 2011, donnent une image de la situation et permettent de mesurer les évolutions par rapport aux années précédentes. Il s’agit d’indicateur de tendance.

  • 43% des jeunes, diplômés en 2011, sont en emploi en avril 2012. Parmi ceux-ci, 58% sont en emploi durable (CDI ou CDD ou CTT plus de 6 mois) tandis que 42% ont un CDD ou CTT moins de 6 mois
  • 57% des jeunes, diplômés en 2011, sont sans emploi en avril 2012. Parmi eux, 44% ont occupé un emploi à durée déterminé depuis l’obtention de leur diplôme. Cette première expérience aura été pour 56% d’entre eux de moins de 3 mois, pour 36% de 3 à 6 mois et pour 8% de plus de 6 mois. Ils ont occupés le plus souvent un emploi d’attente (61%), correspondant moyennement à leur projet (16%) ou en adéquation pour 23%. Une part d’entre eux (22%) dispose de l’allocation chômage (à partir de 4 mois travaillés), tandis que d’autres sont bénéficiaires du RSA (17%).


Les premiers résultats de cette enquête illustrent d’une part, une réalité conjoncturelle, la stabilisation des parcours d’insertion professionnelle entre les diplômés 2010 et les diplômés 2011, avec toutefois des inégalités selon les profils. L’entrée dans la vie active apparait toujours longue : 57% des jeunes sont sans emploi et, parmi les jeunes en emploi, 42% des jeunes en emploi disposent de contrat d’une durée inférieure à 6 mois…

Il révèlent, d’autre part, une tendance structurelle confirmant la persistance du caractère non linéaire des parcours d’insertion de la majorité des jeunes diplômés qui alternent des périodes d’emploi et des périodes de chômage, des temps partiels subis, des emplois alimentaires, etc. avant d’accéder à l’emploi stable.

 

Pour lire l'enquête, rendez-vous sur le site de l'AFIJ, l'Association française pour l'insertion des jeunes diplômés