Espace premium
english français

Microfinance, la crise de croissanceNewsDossier

Publié le 20-07-2012 | Finance Ethique

Présenté par notre partenaire

En marge des banques traditionnelles, la microfinance offre un recours souvent salutaire aux exclus des circuits financiers classiques qui souhaitent créer leur activité pour sortir de la pauvreté.

Elle comprend différents services qui vont du microcrédit, à l'assurance, en passant par l'épargne ou les garanties. A l’origine, le microcrédit a été conçu pour aider les pauvres des pays en développement à financer un projet d'activité de petite taille susceptible de leur procurer des revenus. Aujourd’hui les fonds sont parfois utilisés aussi pour couvrir les frais de la vie quotidienne, ou des dépenses exceptionnelles. Au fil des années, plusieurs facteurs ont transformé la microfinance : son essor commercial et l'afflux de capitaux, les évolutions technologiques, de nouvelles formes de réglementations et une concurrence accrue de la part du secteur bancaire formel. Diverses déconvenues ont par ailleurs troublé l'image de la microfinance, déjà critiquée par ceux qui lui reprochent d'offrir une illusoire alternative à l'aide publique au développement.

En 2010, SKS Microfinance, l'une des plus importantes institutions de microfinance (IMF) indienne, s'est introduit en Bourse. En Inde, au Maroc, au Pakistan, certaines dérives ont été dénoncées. Dans l'Andra-Pradesh (sud de l'Inde), des crédits ont été accordés à des paysans sans examen réel de leurs capacités de remboursement, de leur projet d'activité productive, sans vérifier s'ils étaient déjà endettés et, finalement, sans l'accompagnement qui fait la particularité du microcrédit. Les taux d'intérêt trop élevés et mal expliqués sont aussi à l'origine des reproches, ainsi que certaines pratiques de recouvrement excessives.

Lire le reste du dossier sur le site de L'Agefi